En 2013, les astres nous gâtent et il ne sera pas fait exception de cette Pleine Lune du 18 octobre, c’est l’explosion ! L’équilibre est mis à rude épreuve, brisé. Pour les couples, c’est parfois synonyme de rupture, même après des années de vie en commun. Pour ceux qui sont seuls, la problématique reste identique, car l’Autre, c’est aussi cet Autre qui est à l’intérieur de Soi et qui se manifeste depuis un moment sans que nous daignons lui accorder notre attention, bien trop occupés que nous sommes avec nos ambitions de pouvoir. On résiste, on s’accroche, on vit de l’agitation mentale et des émotions intenses. On s’entête dans notre fonctionnement dont on sait pourtant qu’il doit être révisé, on remet la faute sur les autres, on exige d’eux ce qu’on n’exige plus de soi. Pulsions d’individualité égoïste, relationnel sous haute tension.

Pleine Lune en Bélier

La Pleine Lune, c’est le jour où les loups-garous sont de sortie, et le loup, symbole de l’état sauvage, de la force mal contrôlée, de la virilité et du désir, sera l’emblème idéal de l’énergie régnante ce week-end ! L’esprit est révolté, et révolutionnaire, on veut faire passer ses idées en force, instaurer un nouvel ordre. On croit qu’il est nécessaire de convaincre les autres de qui on est, de se légitimer. On en devient intolérant à leurs pensées, on n’écoute plus et on ne se rend pas compte que celui qu’on essaye de convaincre, c’est soi-même. On ne sait plus où est notre place, on se prend conscience de manière fulgurante des croyances, des blessures, des schémas éducatifs erronés qui nous ont construits. On est en colère, contre les autres, contre ce monde, contre soi avant tout, comment a-t’on pu être aussi aveugle ? L’impatience nous taraude de tout détruire pour pouvoir tout reconstruire en repartant de zéro, pour autant on n’arrive pas à imaginer d’autres possibilités de structures que celles que l’on connaissait jusque là.

Aux sommets de la lunaison Balance, la Pleine Lune en Bélier est riche d’aspects dont il sera bien difficile de saisir toutes les nuances… Attention à la fureur sans discernement, heureusement le loup est capable de voir dans la nuit, il devient alors celui qui guide l’âme vers le sacré, les sommets tant physiques que spirituels. C’est bien de cela dont il s’agit, faire la lumière. Si l’on s’y refuse, la vérité, notre vérité, nous éclatera en pleine face. Tout ce qui est bâti sur des sables mouvants s’effondrera avec pertes et fracas. Aller à la rencontre de son individualité, observer et analyser son positionnement, notamment au regard des schémas familiaux. Apporter un nouveau regard, donner un nouveau souffle pour assumer ses responsabilités dans ses échecs, aller au-delà de ses croyances, de ses repères et de tout ce qu’on nous avait enseigné. Trouver un équilibre indépendant de cela pour transformer nos structures en profondeur, tout en maintenant notre intégrité mais aussi en respectant l’autre dans son altérité. Lui montrer de la compassion, car il vit la même chose que soi, ne l’oublions pas, les énergies qui nous traversent sont collectives.

Notre ami le loup représente alors le passage initiatique, ne dit-on pas « se jeter dans la gueule du loup » ? Il est l’enseignant et nous donne la force de ne pas reculer face aux obstacles rencontrés. Ce week-end aura lieu une éclipse lunaire pénombrale. C’est l’occasion de réorienter sa trajectoire et c’est le début d’un parcours initiatique qui prendra fin à la prochaine éclipse lunaire, en avril 2014. En ce début d’automne, on comprend que le jour et la nuit font jeu égal pour l’éternité, qu’il n’y a rien à changer, rien à réparer. Encore une occasion de renaissance. On rencontre maintenant notre part d’ombre. On accueille, on accepte et on apprend à vivre avec nos démons. On ne cherche plus à lutter contre son passé, contre qui l’on est, on le laisse aller tout simplement. En restant centré, en gardant du recul, on fait la lumière sur cette part de son inconscient qui demandait l’éveil. L’issue est toute désignée. On fait confiance à la vie pour nous apporter ce nouvel équilibre, notre être ne cherche plus à s’imposer par la force, il s’impose naturellement avec puissance, car à l’écoute de la vie qui dispense ses leçons à chaque instant.
La louve (et la lune par ailleurs), est bien évidemment symbole de fécondité, souvenez-vous de la louve allaitant les jumeaux Romulus et Remus, leur donnant la force de bâtir Rome, qui devint une cité légendaire. En se connectant à son intériorité, à ses émotions, on accouche non sans douleur mais on est capable désormais de passer à l’action pour ne plus quitter des yeux ce qui nous habite. On puise l’énergie de matérialiser sa sensibilité avec efficacité, précision. on cesse de se focaliser sur ce qui ne va pas, sur ce qu’on ne peut pas contrôler. Bien sûr, Rome ne s’est pas construite en un jour ! On bâtit des fondations plus conformes, plus matures, plus solides, plus pérennes, qui accueilleront un nouvel édifice dans un délai indéterminé, mais peu importe. On ne cristallise pas ses objectifs, on se laisser aller sur le chemin, on se concentre sur le présent. Avec soi, avec l’autre, avec le monde, on ne fait plus de concessions, mais on trouve des compromis, on apprend à prendre soin. On s’échappe de notre bocal pour aller explorer les océans, on navigue avec souplesse et légèreté, c’est la réconciliation. Avant, le loup en soi nous effrayait, et nous étouffait. On a franchi la porte, on a sorti la bête de son enfermement et on a appris à danser avec elle. On peut maintenant se préparer à recevoir la foudre… le coup de foudre !

© Emilie Briffod