Les regarder passer, les regarder partir, se préparer à prendre le nôtre. La Nouvelle Lune en Taureau de ce 29 avril invite à une parenthèse transitoire. Nous voilà en gare alors en attendant l’heure du départ asseyons-nous sur un banc et observons passivement cet effervescence. Passivement oui. D’ailleurs, je l’avoue, cet article a failli ne jamais voir le jour, l’impression qu’un boulet de canon m’a traversée au niveau du plexus et laissé un trou béant, épuisement des forces.

Star Wars, épisode 3

Pleine Lune en Balance avec éclipse de lune le 16 avril, Grande Croix cardinale le 21, Nouvelle Lune en Taureau avec éclipse de soleil le 29. Tac. Boum. Hop. Craaaaaac. Il vous restait encore deux ou trois casseroles? Comme j’aime à le dire : bon.ben…voilà quoi. Tout nu et sans chaussettes c’est bien aussi. On vous l’avait dit en janvier, quand on voyage avec 2014 SkyTeam, le poids des bagages est extrêmement limité.

Puisque c’est comme ça, je rentre à ma maison! »

C’est que la lunaison Bélier, elle nous a bien secoués. La diplomatie, le tact, bon d’accord mais pas au détriment de nos besoins essentiels. Et pire. Tous ces choix impossibles, toutes ces hésitations. Un jour les portes grandes ouvertes, le lendemain le passé qui nous tape sur l’épaule « héééé t’as pas oublié quelque chose? »… Conclusion : insécurité profonde. Repli! La Nouvelle Lune en Taureau apporte avec elle la nécessité de trouver un ancrage pour ne pas tanguer. Et l’envie de retrouver un cocon de douceur dans lequel on se sent protégé. De retrouver des repères sur lesquels se reposer. Les coups? Non, merci, trop aimable mais ça ira, avril est passé par là. Les larmes coulent encore à flots. On ne sait même plus si c’est la joie du chemin parcouru, la tristesse de la perte du connu, l’épuisement nerveux ou la force de la vie qui prend insidieusement place à l’intérieur de nous. La seule certitude c’est qu’au moment de cette Nouvelle Lune en Taureau, nous aspirons à la paix et à la sécurité.

La constance du jardinier

Nouvelle Lune en TaureauMaiiiiiiiiis. Du coup, il ne faudrait pas trop venir piétiner nos pâquerettes non plus. La Nouvelle Lune en Taureau peut amener quelques résistances aux changements aussi, comme une sorte d’inertie. Enfin parlons plutôt de rumination. Allez, on re-mâche un petit coup avant le grand départ, on bougonne un peu au passage. On est patient mais faudrait pas pousser Marguerite dans les orties. C’est qu’on y tient au peu qu’il nous reste, au peu qu’on a réussi à remettre en place. Alors avec la constance du jardinier et désormais munis des meilleurs outils, il est temps de cultiver notre jardin et de permettre aux jeunes pousses de s’enraciner. Ainsi nous assurerons la protection et le développement futur de notre territoire. Avec simplicité et pourquoi pas sensualité, la Nouvelle Lune en Taureau favorise l’engouement pour les plaisirs terrestres. Prendre soin de son corps, prendre de grandes plages de sommeil et laisser une grande place pour la joie de vivre en partageant cette parenthèse avec ceux qu’on aime. Les journées s’allongent, le beau temps est de plus en plus présent. La bouche et les mains s’expriment sous la lunaison Taureau. L’envie est là de partager pique-nique, apéritifs et grandes tablées, rires, chants, baisers et caresses. Sentir la matière, la toucher, la goûter, la travailler, la modeler, l’aimer. Hummmmm… Et se l’approprier en croyant combler ce vide qui nous habite depuis le lâcher de fardeau magistral que nous venons de vivre. Si nous n’y prêtons pas attention, notre compte en banque lui par contre va se vider. Dans la dolce vita, n’en oublions pas nos responsabilités, petit clin d’oeil à madame la Croix cardinale!

Le réveil du Féminin

J’ai envie d’évoquer un reportage sur lequel je suis tombée au hasard d’un zapping pré-sieste (les vraies valeurs on vous dit!). Ca parlait d’histoires d’humains autour des légumes. Des new-yorkais « trendys » qui se réunissaient pour partager un apéro cuisiné à partir des légumes qu’ils plantaient sur leur balcon. Un californien qui apprenait aux enfants des lotissements façon Desperate à cultiver un jardin avec tout un savoir-faire et un autre dans lequel ils devaient en plus envoyer tout leur amour, à constater les différences de résultat. Un potager cultivé par les détenus longues peines au sein d’une prison française. Et le Chef de l’Arpège qui parlait de son assiette de légumes comme d’un tableau de grand peintre « avec des camaïeus de verts, une touche impressionniste de jaune,… » . Le chou romanesco a achevé de me mettre la larme à l’oeil. J’étais scotchée par ce reportage et le message qu’il portait. Parce que en fait la carotte ça rend aimable. Non, en vrai, et surtout, le point commun entre toutes ces histoires, c’était la reconnexion à la Création, aux rythmes de la Nature en tant qu’élément fondateur pour créer du partage, du bonheur, du lien, des racines, de l’Amour. Et de voir à quel point de l’interaction fascinante entre l’Homme et la Terre, naît une sublimation et une élévation mutuelle. La Nouvelle Lune en Taureau aborde, je le crois, la question du lien que nous entretenons avec la Terre-Mère, symbole féminin par excellence. Quel est notre rapport aux valeurs nourricières, protectrices, matérielles? En quoi pouvons-nous faire de la Terre le terreau qui permettra de cultiver notre âme?

Attention, voie 1, le train n°nanana va entrer en gare. Eloignez-vous de la bordure du quai »

Profitez bien de ce temps de pause, réfléchissez aux valeurs que vous voulez ancrer pour le cycle en cours. Parfois on a besoin de retourner à ses racines, pour mieux en repartir ou pour mieux se rendre compte à quel point on les aime. L’herbe est-elle plus verte sous nos pieds ou dans le pré d’à côté? Préparez-vous aux grands départs pour la Pleine Lune du Wesak qui signe la rencontre entre Bouddha et le Christ, représentant de ses valeurs sur Terre. L’apogée de l’acceptation de notre destinée sur Terre, non comme un passage obligé ou une punition, mais comme expérience d’amour ici et maintenant! Douce et paisible lunaison 😉

© Emilie Briffod